MAM DEPENDANCE®

Nous sommes là pour vous accompagner!

Faire appel à MAM Dépendance® pour des prestations dites de "maintien à domicile", c'est bénéficier d'une déduction d'impôts de -50%*, des avantages d'une structure de service à la personne, prestataire, titulaire d'un contrat d'assurance pour intervenir à domicile, d'une coordination, d'une équipe et assistance permanente, permettant un remplacement de l'intervenant en cas d'absence. Vous n'avez aucune responsabilité ni engagement vis à vis de notre intervenant dédié pour vous, car vous n'êtes pas son employeur. MAM Dépendance® propose des intervenants** expérimentés, avec un niveau de qualification et de sérieux, unanimement reconnus par nos clients actuels.

PRESTATIONS OUVRANT DROITS A DEDUCTION OU CREDIT D'IMPÔTS -50%*

(Agrément Qualité N° SAP514393032)

AIDE LE MATIN
AIDE LE SOIR
GARDE MALADE
VIE QUOTIDIENNE
COMPAGNIE
AIDE A LA MOBILITE
PORTAGE DE REPAS
LIVRAISON DES COMMISSIONS
PREPARATION DES REPAS

PRESTATIONS ENFANTS DE 0 à 3 ANS

(Agrément Qualité N° SAP514393032)

GARDE ENFANTS - 3 ANS (EVEIL)
GARDE ENFANTS - 3 ANS (REPAS)
GARDE ENFANTS - 3 ANS (LOISIR)

4 étapes pour organiser la mise en place

de votre aide à domicile :

                                                             

Nous identifions ensemble votre besoin d’aide à domicile.

Nous vous remettrons un devis gratuit récapitulatif d’intervention.

Nous vous présentons l’intervenant qui vous accompagnera.

Nous commençons la prestation dans le respect de vos besoins.

Notre engagement de "Confiance" :

 

- Une équipe réactive, spécialisée et expérimentée.

 - Une prestation personnalisée correspondant à vos besoins.

 - Des intervenants formés, motivés, compétents et de confiance.

 - Une coordination et une assistance permanente 7/7 jours - 24/24h.

- Un remplacement en cas d'absence de l'intervenant qui vous est dédié.

 - Une intervention dans le respect de vos habitudes et une totale discrétion.

 - De bénéficier des avantages d'une structure prestataire (déduction -50%*). 

 - Que nos intervenants ont un contrat d'assurance pour intervenir à domicile.

- Aucune responsabilité vis à vis de l'intervenant (vous n'êtes pas son employeur).

contact@mieuxalamaison.com

Tèl : 01 39 08 17 78

(appel non surtaxé)

 

Mieux A la Maison® : La confiance a un nom ! 

Accès site MAM Services

Retour site page accueil

Accès site MAM Silver

* Réduction ou crédit d'impôt de 50% du montant annuel des prestations dans la limite de 12 000 €, soit une réduction ou un crédit d'impôts de 6 000€. Le plafond est éventuellement majoré de 1 500 € par enfant ou ascendant de plus de 65 ans à charge vivant sous le même toit du contribuable, sans toutefois pouvoir excéder 15 000€. Selon l'article 199 Sexdecies du Code Général des Impôts, (modifié par la loi n° 2013 1279 de décembre 2013 - art. 17).  Déclaration SAP791173941.  ** Voir condition en agence.

PRINCIPALES AIDES FINANCIERES


L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) : 

L’APA est une aide du Conseil Départemental en cas de perte d’autonomie.
L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) permet au Conseil Départemental et à ses partenaires de mettre en place un projet personnalisé d’accompagnement médico-social de la perte d’autonomie des personnes de plus de 60 ans.
Établi en fonction du niveau de dépendance et des ressources du demandeur, le montant de l’APA n’est pas fixe. Il est versé chaque mois au bénéficiaire et permet une meilleure prise en charge de ses besoins en matière d’aide à domicile.

Les conditions d’accès et de ressources :


Pour percevoir l’APA, le demandeur doit être âgé de plus de 60 ans et résider de manière stable et régulière en France. Toutes les personnes qui doivent être assistées dans leur quotidien (pour tous les gestes de la vie courante : se laver, s’habiller, se nourrir…) sont concernées. Les bénéficiaires de l’APA peuvent résider à domicile, dans leur famille ou dans un établissement social ou médico-social. 

Le montant de l’aide :


Le montant mensuel maximum du plan d’aides diffère selon le classement en catégorie GIR. Le montant effectivement attribué est variable puisque sont pris en compte votre situation et vos ressources. En outre, les règles de calcul présentent des différences selon que vous résidez à domicile ou en structure. 

Les démarches :


Dans le cas d’une 1ère demande d’APA à domicile celle-ci peut être faite en ligne depuis le site du département, grâce à la téléprocédure proposée par le Conseil Départemental.

Disponible dans les Centres Communaux d’Action sociale (CCAS) et les Mairies (qui peuvent l’envoyer directement au Conseil Départemental), le dossier peut aussi être retiré dans les coordinations gérontologiques locales (CGL) ou téléchargé.

Si le demandeur vit dans un établissement médico-social, il peut aider la personne âgée à constituer son dossier de demande. Si la personne âgée bénéficiait déjà de l’APA à domicile, un simple courrier de sa part suffit à transformer celle-ci en APA en établissement. Le dossier comprend notamment des documents qui concernent l’état civil du demandeur et ses conditions de ressources.

Concernant l’APA à domicile, le médecin traitant du demandeur peut également fournir un certificat médical et remplir la grille AGGIR (Autonomie, Gérontologie, Groupe Iso, Ressources). Pour instruire le dossier, un travailleur social de l’équipe médico-sociale de la CGL se rend au domicile du demandeur pour évaluer sa situation, l’informer sur l’APA et les services d’aide à domicile. Parallèlement, un médecin apprécie l’état de dépendance du demandeur grâce à l’évaluation du travailleur social. En fonction de cette grille AGGIR, on peut classer les demandeurs en 6 groupes distincts que l’on nomme Groupes Iso Ressources (GIR).

Pour prétendre à l’APA, la personne doit se trouver dans les groupes 1 à 4. Celles qui se situent dans le groupe 1, sont les personnes qui ont le plus fort degré de perte d’autonomie physique et psychique. Il est donc nécessaire qu’elles soient bien entourées et assistées. Les personnes valides ou qui sont peu dépendantes appartiennent aux groupes 5 et 6.

Démarches en ligne :


Dans le cas d’une 1ère demande d’APA à domicile, celle-ci peut être faite en ligne grâce à la téléprocédure proposée par le Conseil général, vous bénéficierez ainsi du suivi de dossier en ligne. Consulter les informations détaillées auprès du Conseil Départemental sur cette téléprocédure et les formulaires, documentations téléchargeables pour votre demande d’APA et si vous ne souhaitez pas la faire en ligne ou si il s’agit d’une demande d’APA en établissement, ou si cela n’est pas votre 1ère demande d’APA à domicile.

Le plan d’aide :


Un plan d’aide personnalisé est établi et proposé par l’équipe médico-sociale au demandeur. Il permet de statuer sur ses besoins et d’évaluer les aides possibles de maintien à domicile en fonction de son entourage familial et social. Une aide ménagère, un service de portage de repas ou même l’acquisition de moyens techniques (téléassistance, barre d’appui, siège de douche) peuvent ainsi être financés par l’APA. 

Le plan comprend aussi une participation financière du demandeur, toujours en fonction de ses revenus. Le bénéficiaire de l’APA est alors suivi par le travailleur social de l’équipe médico-sociale qui s’est rendu à son domicile pour instruire le dossier. Il devient son référent, chargé de l’aider à suivre le plan d’aide et à trouver le personnel nécessaire. Il établit chaque année un bilan des aides attribuées et modifie le plan d’aide en fonction de l’évolution des besoins du bénéficiaire.

Versée mensuellement et directement par le Conseil Départemental, l’APA permet aux personnes hébergées à domicile, ou dans leur famille, de rémunérer leurs prestataires. 

En ce qui concerne les établissements, ils peuvent percevoir directement l’APA, qui sert alors à payer une partie du tarif dépendance dû par le bénéficiaire. 

Pour plus de renseignements, contactez la CGL de votre secteur.



L’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA) : 

Cette allocation remplace le minimum vieillesse et vise à assurer aux personnes de 65 ans (ou 60 ans en cas d’inaptitude au travail) un revenu minimal lorsqu’ils ont peu cotisé à la retraite.

Conditions : 
- l
es personnes âgées de 65 ans ou de 60 ans en cas d’inaptitude au travail (inaptitude sur des critères médicaux).
- qui résident de façon stable et régulière en France (ou dans les départements d’outre mer)
- n’ayant pas droit à la retraite ou ayant une retraite minime.
- qui font valoir leurs droits en matière d’avantage vieillesse auxquels ils peuvent prétendre.

L’aide se compose d’une allocation de base (ou d’une pension de retraite complétée de la majoration retraite) et de l’allocation supplémentaire du Fond de Solidarité Vieillesse.

 

La garde à domicile (CNAV) : 

La garde à domicile est une aide distribuée par la Caisse d’Assurance Vieillesse (CNAV). Cette aide financière permet d’assurer une garde à domicile, répond à des situations temporaires et urgentes, comme le retour à domicile suite à une hospitalisation.

 

Pour bénéficier de cette prestation :

Vous devez engager une personne à domicile pour vous aider :


- dans une situation temporaire et urgente (sortie d'hôpital), si vous êtes dans une situation de dépendance chronique, physique ou psychique, pour remplacer votre famille en cas d'absence de celle-ci.


- être âgé d'au moins 55 ans, être titulaire d'une pension, rente ou allocation du régime général de la sécurité sociale (salariés).


- ne pas avoir de ressources supérieures à 1 860 EUR /mois pour une personne seule, et 2 790 EUR pour un couple (allocation logement, APL, retraite du combattant non compris.

 

- être titulaire d’une pension personnelle ou de réversion du régime général de la Sécurité Sociale.

 

- avoir exercé (ou le conjoint si le demandeur est titulaire d’une pension de réversion) son activité professionnelle la plus longue au régime général.

 

- le montant est variable selon vos ressources.

Vous pouvez également bénéficier de cette prestation :

- en cas d'hospitalisation à domicile, 

 

- si vous devez engager une personne à domicile lors d'un séjour temporaire ou permanent en établissement.


En quoi consiste la prestation : 

Il s'agit d'une prise en charge partielle des frais de garde à domicile. La Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV) rembourse 80 % de la dépense engagée jusqu'à 1 430 EUR par personne par trimestre.  L'ouverture des droits est trimestrielle au cours de l'année civile et peut être renouvelée une fois. Elle peut se cumuler avec l'allocation compensatrice pour tierce personne, ou l'aide ménagère à domicile. Les frais restant à votre charge ouvrent droit à la réduction d'impôt pour l'emploi d'un salarié à domicile.


Modalités de versement :

 

La prestation vous est versée directement si vous êtes l'employeur de l'aide à domicile, mais vous devez faire l'avance des fonds. Si vous vous êtes adressé à une association employeur, la participation de la caisse est versée à cette association.


Comment faire la demande ? : 

Un imprimé est à retirer dans les points d’accueil de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV).

L’aide au retour à domicile après hospitalisation : 

Elles peuvent être proposées par les caisses de retraite, mutuelles et assurances pour favoriser une aide à domicile à l’occasion d’une hospitalisation. 

Selon les organismes et selon les contrats, un certain volume d’heures sera pris en charge totalement ou partiellement, sur une période donnée (pendant et/ou après l’hospitalisation). Des modalités sont donc variables selon ces organismes et définis par eux.

Contactez votre caisse de retraite, mutuelle, assurance, dès l’établissement du bulletin d’hospitalisation, car elles ne sont pas automatiques et doivent être donc sollicitées par le demandeur.



L’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH) : 

C’est une prestation familiale versée par la Sécurité sociale destinée à compenser les frais d’éducation et de soins apportés à un enfant en situation de handicap. La demande est adressée à la Maison Départementale des Personnes Handicapée (MDPH) du lieu de résidence de l’intéressé. Le dossier sera étudié par une commission.



La prestation de compensation du Handicap (PCH) : 

La prestation de compensation du handicap est une aide personnalisée destinée à financer les besoins liés à la perte d’autonomie des personnes handicapées. Depuis 2006, elle remplace l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP). 

Destinée aux personnes handicapées de moins de 60 ans (ou moins de 75 ans dans certains cas) présentant une difficulté absolue pour la réalisation d’une activité de la vie (ou une difficulté grave pour la réalisation d’au moins deux activités), la PCH permet d’obtenir des aides adaptées à chaque personne. Il est possible de bénéficier de la PCH à domicile ou en établissement.

La PCH peut être cumulée avec l’allocation adulte handicapé (AAH) et un droit de même nature au titre d’un régime de sécurité sociale. La PCH n’est pas cumulable avec l’ACTP ni avec la Majoration Tierce Personne.


Les démarches pour obtenir la PCH :


Toute demande est à constituer dans la coordination handicap locale (CHL) de son secteur, où des professionnels sont là pour accompagner les demandeurs dans leurs démarches. 
Une fois le dossier envoyé, il est instruit par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui accorde ou non la PCH et fixe son montant. Les besoins de compensation de la personne handicapée sont ensuite définis par l’équipe pluridisciplinaire de la CHL qui se déplace au domicile du demandeur pour évaluer sa situation.


Les aides attribuées : 


Sur la base du projet de vie exprimé par la personne handicapée et inscrit dans un plan personnalisé, les aides attribuées peuvent concerner :
- Des aides humaines (aidants familiaux, auxiliaires de vie) 
- Des aides techniques (fauteuil roulant, siège élévateur de bain, prothèses auditives) 
- Des aménagements du logement ou du véhicule 
- Des surcoûts de transport 
- Des aides animalières comme un chien guide d’aveugle 
- Des aides spécifiques (ex : alèses) ou exceptionnelles (ex : participation aux séjours de vacances). 



L’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) :


Il s’agit d’une prestation d’aide sociale versée par le Conseil Départemental. Cette allocation, qui a été remplacée par la prestation de compensation du handicap, ne concerne plus que les personnes qui la percevaient déjà et qui ont choisi de la conserver. Elle s’adresse aux personnes handicapées dont le taux d’incapacité est au moins de 80 % et qui ont besoin de l’aide d’une autre personne pour les actes essentiels de la vie. Pour les bénéficiaires de l’ACTP qui veulent demander la PCH, une évaluation est effectuée à domicile. Un plan personnalisé de compensation est ensuite proposé et valorisé. Le demandeur choisit ensuite entre le maintien de l’ACTP et la nouvelle prestation.


Amélioration de l’habitat pour personnes âgées et/ou handicapées (ANAH) : 

L’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) peut attribuer des subventions pour améliorer le confort dans l’habitat privé pour effectuer des travaux d’amélioration de l’habitat en matière de confort, de salubrité, d’équipement et de sécurité, mais aussi pour l’adaptation et l’accessibilité du logement pour les personnes en situation de handicap physique. Des travaux d’isolation acoustique et d’économie d’énergie peuvent être également subventionnés par l’ANAH du département de résidence.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Mieux À la Maison